Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 11:16

Société

 

 

Vous avez dit "Français de souche" ?

 

            La France depuis 50 ans est l’enclos d’un combat douteux. Le premier dégât collatéral que l’on peut déplorer est celui de notre langage. Sous l’effet d’une pression dogmatique, appelée le “politiquement correct”, des mots de notre langue indispensables à la pensée ont été bannis. Disqualifiés. Mis hors d’usage. Il en résulte une impuissance de notre pays à maîtriser la situation nouvelle dans laquelle il se trouve encore impliqué. Les protagonistes de ce combat, jusqu’à une période récente, ont été grosso modo la droite et la gauche. Chaque bord pouvant être dit responsable du dommage que nous connaissons. La droite étant contaminée par le ressentiment, le racisme et le nationalisme. La gauche par l’angélisme, l’universalisme, et la culpabilité. (La culpabilité d’avoir été coloniale).

            “La France aux Français”. La “Préférence nationale”. L’extrême droite, belliqueuse, ne s’en remet pas, dans les années 60, d’avoir perdu l’Algérie après l’Indochine. Elle craint que la nation ne se dissolve dans l’Europe et la mondialisation. Exalte l’idée de frontière. De territoire et d’identité nationale. L’antisémitisme renaît dans ses rangs. Le révisionnisme y voit le jour. Laisse apparaître le spectre du fascisme. Le sentiment d’insécurité est exploité, relié à la peur de l’étranger et de l’émigré.

            “Touche pas à mon pote !” La gauche angélique prend peur. Se croit devant le diable. L’extrême droite illettrée, pense-t-elle, a tout faux. Utilise un vocabulaire d’un autre âge qu’il faut bannir. A l’heure de la mondialisation, devrait-elle savoir, les frontières n’existent plus. La nation est une entité archaïque. L’immigration n’est pas un problème. Les différences culturelles sont un fait négligeable. L’origine : un concept ineffable. L’identité : un concept évanescent. L’ethnie : une notion désuète. La communauté : une horreur. L’espace de la République élimine les tracés, supprime les lignes de démarcation qui permettent l’exercice d’une règle du jeu. Même chose concernant les personnes. En la république il n’y a ni grec, ni juif, ni musulman, ni chrétien, ni breton, ni malien, ni sédentaire, ni nomade. Seulement des individus réduits à une entité abstraite, dépouillés de leur histoire et de leurs coutumes : des citoyens. A qui l’on a rien à dire, rien à expliquer.

            Il devient difficile, voir illicite, de penser que l’on peut avoir des racines. Des ancêtres, des traditions. Qu’on est d’ici ou d’ailleurs. L’expression “français de souche” est une grossièreté. Difficile de penser qu’il y a un ici et un là. Un avant et un après. Un dedans et un dehors. Une loi d’ici, une loi d’ailleurs. Un hôte et un invité. Un accueillant et un accueilli. Des autochtones et des migrants. Des droits et des devoirs pour chacun. Par l’invalidation de toute une zone de langage, c’est la géographie mentale de notre pensée qui se trouve détériorée, hors d’usage. Nous rendant inapte à maîtriser une situation qui ne cessera pendant longtemps, sous l’effet de la pression migratoire, de se présenter à nous.

o

Partager cet article

Repost 0
Published by Le marquis de St-just
commenter cet article

commentaires

electricien paris 08/03/2015 22:33

J'apprécie votre blog, n'hésitez pas a visiter le mien.
Cordialement

Présentation

  • : Le blog du Marquis de St-just
  • : Un regard ironique sur soi-même les choses et les gens plus recension de livres.
  • Contact

Recherche

Liens