Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2014 4 14 /08 /août /2014 17:50

Poème

 

 

parc de la tête d'or 001

 

                     

 

                     Ballade

 

En ce dimanche d’Août                     Dans l’allée cavalière

Dans Lyon désert j’erre                  Un essaim d’enfants riches

Me voici dans le parc.                       Vole vers la volière,

Sur le banc deux mégères               Vers les deux éléphants

Sont posées près du lac                   Et le pré où la biche

Près de l’onde où naguère                Entourée de ses faons

J’ai canoté,                                       En frissonnant,

scout.                                             broute.

 

Sur le vieux banc de pierre             En ce dimanche d’Août

Que la mousse veloute                     Que devient ma gazelle

Les deux vieilles sorcières              Dont le ventre est si doux ?

Ont fini par se taire                        Près du grand conifère

Elle ouvrent leurs sacs                    Sous l’abri, serait-ce elle ?

Ecoutez, le pain craque                    C’est un vieux phacochère

Le pain du casse-                             Ce désert me rend

         croûte.                                            fou.

 

Je fais une prière                            Notre-Dame du 15 août

Machinale, un peu courte                 Au félin solitaire

Pour les deux chiffonnières             A la mine interlope

Ces deux Dames du lac                    Qui se tourne vers vous

Qui ont vu les deux guerres            Direz-vous où se terre

Et commis bien des frasques           La petite antilope

Sans cracher dans la                        Qui viendrait, solidaire

          soupe.                                     Se lover dans son cou ?

 

 

                           Je sais. Mon cœur blessé

                           Vous demande beaucoup

                           Et ce soir, adossé

                           Dans une humble gargote

                           Le regard convulsé

                            Je fixerai mes bottes.

 

                           Je le sais Bonne Mère

                           Et j’accuse le coup.

 

                                                                                 Août 1963

                                                    

Partager cet article

Repost 0
Published by Le marquis de St-just - dans poésie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du Marquis de St-just
  • : Un regard ironique sur soi-même les choses et les gens plus recension de livres.
  • Contact

Recherche

Liens