Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2014 7 12 /10 /octobre /2014 16:14

Société

D’où parlons-nous ?”

ou

”Le dialogue impossible”

 

            Deux hommes intelligents, estimables, l’un dit de droite, l’autre de gauche, échangent à la télévision leurs points de vue sur un fait de société. Les deux hommes souffrent. Ne s’entendent pas. Sont près de se haïr. Leurs points de vue sont incompatibles. Le spectateur, devant son écran, éprouve de la peine à les départager. Jusqu’au moment où, sur la fin de l’émission, le dialogue en deux phrases se fait plus personnel.

            A ce moment-là, à mes yeux, le débat s’éclaire. Les deux hommes ne parlent pas depuis le même lieu. Le premier, m’apparaît-il, est arrivé en riche dans la société française, laquelle l’a bien reçu. En France, il est aujourd’hui “chez lui”. Pays envers lequel il éprouve un sentiment de gratitude pour le don d’accueil qui lui a été fait. Le second, dans sa jeunesse, est arrivé dans ce pays en pauvre. La société française ne l’a pas bien reçu. Du moins le laisse-t-il entendre.

            Dès lors, la question dont ils débattent n’est pas vue du même endroit (du même vécu). Il en résulte deux points de vue existentiels effectivement différents. D’où découlent logiquement deux discours antithétiques. L’un, en gros, préconise le respect des coutumes et des lois qui régissent le pays d’accueil. L’autre, le droit universel de s’y conduire comme chez soi.

Le cadre dans lequel s’inscrit ce dialogue de sourds prend la figure du croisement d’une double tension (schéma ci-dessous). L’une, verticale, s’exerce en chaque locuteur entre son adhésion à la déclaration des droits de l’homme et le rapport de force naturel qu’il entretient normalement avec son contradicteur. L’autre tension, horizontale, entre les pôles antagonistes des deux discours. Discours que je spécifie –et en cela sans doute vais-je surprendre– comme étant d’un côté le discours du “résident riche”, et, de l’autre le discours du “migrant pauvre”. Cette pauvreté étant réelle ou imaginaire.

            D’où parlons nous ? Telle est la question primordiale. Nous nous méconnaissons. Plutôt que discuter, confions-nous d’abord, humblement et réciproquement, le parcours singulier de notre histoire. Il est le lieu d’une parole légitime, recevable. La politique ne commence qu’après. J’enfonce une porte ouverte ?

 

 

          ------------------Déclaration des droits de l’homme--------------------------

                                                                  —            

Discours du                        |                                  Discours du

                         •––––––––––––––––––––––––¢

résident riche                    |                                   migrant pauvre

                                                ˜

-------------------------Rapport de force normal------------------------------

 

 

o

Partager cet article

Repost 0
Published by Le marquis de St-just - dans société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du Marquis de St-just
  • : Un regard ironique sur soi-même les choses et les gens plus recension de livres.
  • Contact

Recherche

Liens